Attractivité de la France [en]

Communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres

(Paris, 28/05/2014)

Le ministre des affaires étrangères et du développement international et le ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique ont présenté une communication relative à l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Les classements internationaux confirment régulièrement que la France est l’un des pays les plus attractifs d’Europe pour les investissements, suscitant de nombreuses créations d’emploi. Outre la capacité d’innovation du pays, ces classements relèvent que les principaux atouts de la France sont des secteurs industriels d’excellence, de multiples entreprises de rang mondial, une tradition de créativité et d’inventivité, sa capacité à former et attirer des talents, et son indépendance énergétique.

Ces résultats constituent un encouragement à la poursuite de la politique engagée par le gouvernement pour redresser l’attractivité du territoire au service de l’emploi et de la croissance. Ils témoignent de ce que les décisions prises commencent à porter leurs fruits : le pacte pour la croissance, la compétitivité et l’emploi ; le plan pour les investissements d’avenir ; la création de la BPI ; l’accord sur la sécurisation de l’emploi ; le décret de réforme de la formation professionnelle ; les 34 plans sectoriels pour la nouvelle France industrielle ; les efforts de structuration des filières ; le crédit d’impôt compétitivité-emploi ; la priorité accordée à la diplomatie économique et la constitution d’un grand « pôle international » au sein du gouvernement, qui réunit les affaires étrangères, le commerce extérieur et le tourisme.

La plupart de ces mesures sont opérationnelles ; elles doivent être prolongées, et amplifiées. Le pacte de responsabilité et de solidarité améliorera encore la compétitivité-coût des entreprises, qui demeure un élément essentiel de l’attractivité du site France. La réduction des charges au bénéfice des entreprises, la réduction du taux d’impôt sur les sociétés, la diminution des prélèvements salariaux pour mieux rémunérer le travail, la simplification de la vie des entreprises et la modernisation du dialogue social sont des chantiers engagés et particulièrement attendus par les décideurs économiques.

Ces mesures macro-économiques doivent contribuer à un état d’esprit général plus favorable aux entrepreneurs et à leur développement international, donc à la croissance et à l’emploi.

Loin des clichés qui subsistent, dans un environnement concurrentiel, la France doit rappeler qu’elle est un pays au coeur de l’Europe, ouvert sur le monde, performant et innovant, engagé dans le redressement de ses finances publiques à travers des réformes structurelles pour soutenir sa compétitivité et conforter son attractivité.

Un effort particulier sera consenti en matière d’attractivité des investissements venant des grands pays émergents, en renforçant dans ces pays de façon prioritaire la prospection, ce que favorisera la fusion de l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) et de l’Agence française pour le développement international des entreprises (Ubifrance), et en y déployant de façon volontariste la promotion du site France.

Le ministre des affaires étrangères et du développement international et la secrétaire d’État auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargée du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger seront pleinement engagés dans les prochains mois pour faire de l’attractivité une priorité des ambassades et du réseau diplomatique, des représentants spéciaux, des fédérateurs des familles prioritaires à l’export (mieux se soigner, mieux vivre en ville, mieux communiquer, mieux se nourrir, mieux se divertir, mieux voyager), mais aussi de l’ensemble des réseaux parapublics ou privés de la France à l’étranger./.

publie le 04/06/2014

haut de la page