Déclaration conjointe d’Emmanuel Macron et M. Macky SALL, Président de la République du Sénégal. [en]

Publié le 12 Juin 2017

Bonjour Mesdames, Messieurs,

Je voulais tout d’abord remercier le Président Macky SALL pour sa visite, quelques heures avant donc cette réunion en format G20 avec plusieurs chefs d’Etat africains, et lui dire combien je suis heureux en cette journée de l’accueillir ici, avant que nous nous revoyons ensemble dans quelques semaines.

Je me réjouis parce que nos deux pays entretiennent des relations extrêmement fortes, qui ont la force à la fois de l’histoire mais aussi d’un nouveau partenariat rééquilibré et de nombreux projets d’avenir que nous avons évoqués durant notre échange.

Pourquoi ? Parce que nous faisons aujourd’hui face à des défis communs, et ce sont ceux-ci que nous avons d’abord ouverts. Le défi du terrorisme, du fondamentalisme mais des nombreux déséquilibres régionaux que nous suivons très étroitement avec le Président Macky SALL.

Je veux ici redire le rôle majeur que le Sénégal joue et a joué dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Le Sénégal a été à nos côtés depuis le départ. Je n’oublie pas que les premiers éléments de l’opération Serval se sont déployés à partir du Sénégal et que le Sénégal, déjà fortement engagé, deviendra dans les prochaines semaines le premier contributeur à la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali. Et à ce titre, nous connaissons, l’un et l’autre, prix de cet engagement pour nos armées, pour les vies de nos soldats.

Nous partageons aussi la même conviction. C’est la mobilisation résolue et durable des acteurs de la région qui permettra de faire refluer de manière irréversible la menace terroriste. A cet égard, au-delà des différents formats qui existent aujourd’hui, mon souhait est que la France puisse continuer d’une part, cet échange stratégique, militaire et de sécurisation avec le Sénégal, et d’autre part, continue également le travail avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest au-delà des forums régionaux qui peuvent être organisés et auxquels nous participons également.

Nous avons aussi évoqué la lutte contre la déstabilisation - ce défi que nous partageons -, en particulier en mentionnant le cas de la Guinée Bissau ; notre volonté partagée de participer à la stabilisation et de tout faire pour que, dans la région justement, il y ait les éléments nécessaires à cette stabilité, essentielle pour le Sénégal.

Le deuxième défi que nous partageons, c’est celui de la lutte contre le réchauffement et le changement climatique. Nos deux pays ont réaffirmé notre attachement à l’Accord de Paris et notre volonté de faire ensemble. C’est un défi extraordinairement important que nous confirmerons dans les différents forums diplomatiques par notre action résolue et commune et par l’action que nous mènerons dans nos pays et nos régions.

Au-delà de ces défis mondiaux et régionaux, nos deux pays sont engagés dans une relation bilatérale extrêmement forte et que nous souhaitons continuer à renforcer. D’abord à travers une action résolue en matière d’éducation, de formation et de lutte contre le fondamentalisme. Ce qui prévient l’émergence du terrorisme et de toutes les déstabilisations, c’est une politique de développement, c’est une politique de consolidation. La France y est fortement engagée, en particulier à travers l’Agence française de développement et nos actions de coopération.

Nous souhaitons aller plus loin, structurer avec le Sénégal une initiative forte en matière d’éducation et nous poursuivrons cela dans les prochaines semaines et les prochains mois. Nous souhaitons aussi que la coopération en matière économique puisse se renforcer. Le Sénégal jouit d’une croissance absolument remarquable qui démontre la solidité et l’attractivité de l’économie sénégalaise. Nous avons plusieurs projets qui sont en bonne avancée en matière de transport urbain.

Je pense au train express régional de Dakar qui vient d’être lancé et à l’engagement personnel du Président, que je remercie, sur ce sujet. Je pense aussi à nos projets en matière d’énergie, d’aviation civile avec la perspective de relance de la compagnie AIR SENEGAL, de numérique ou de défense qui sont très importants à mes yeux et que nous continuerons à promouvoir.

Nous parlions à l’instant de l’Accord de Paris. Il y a aussi des projets en matière d’énergies renouvelables que je souhaite que nous puissions ensemble fortement encourager et développer parce qu’ils seront la traduction concrète de cet engagement politique que nous partageons l’un et l’autre.

Sur l’ensemble de ces domaines, c’est l’esprit pour moi du nouveau partenariat que nous incarnons et que nous voulons développer. Un partenariat équilibré, qui permet au Sénégal de réussir, aux Sénégalaises et aux Sénégalais d’avoir plus d’emploi, plus de croissance, plus de sécurité, une meilleure éducation, et qui engage pleinement la société civile, les acteurs privés de part et d’autre.

C’est dans cet esprit que je souhaite que nous puissions ensemble continuer à approfondir, à renforcer la coopération qui est la nôtre et l’avenir de la relation entre le Sénégal et la France.

Monsieur le président, merci encore d’être là aujourd’hui et vous pouvez compter sur mon implication personnelle pour aller en ce sens.

Source : Elysée

publie le 16/06/2017

haut de la page