F’SAGRI/Maya Leclercq : atelier sur les labels et certifications [en]

Le F’SAGRI (centre de formation et de recherche dans les domaines de l’agroalimentaire, de l’agriculture et de l’agri business) a proposé un atelier en partenariat avec la Docteur Maya Leclerq.

Le F’SAGRI est un centre de formation et de recherche dans les domaines de l’agroalimentaire, de l’agriculture et de l’agri business. Le centre souhaite renforcer les capacités d’universités anciennement défavorisées par la formation d’étudiants aux niveaux master et doctorat, favoriser l’échange d’étudiants et d’enseignants entre la France et l’Afrique du Sud et développer de programmes de recherche conjoints ainsi que des liens étroits avec les entreprises du secteur.

JPEG

L’atelier proposé par le F’SAGRI, en partenariat avec Maya Leclercq, s’est tenu sur 3 demi-journées début mars 2017, et avait pour objectif de proposer une initiation aux impacts sociaux des labels et certifications sur les produits agro-alimentaires en Afrique du Sud, notamment à travers l’exemple du Commerce Equitable et des Indications Géographiques (Appellations d’Origines).

JPEG

L’atelier a commencé par une conférence de 3h sur le sujet, nourrit de nombreux exemples existant en Afrique du Sud, puis s’est poursuivi par 2 demi-journées de travail par les étudiants, portant sur 3 études de cas proposées : un produit animal, le bétail Nguni, des végétaux, les plantes autochtones, et un produit transformé, la bière umqombothi. Les étudiants ont librement choisi un des cas proposés, et rédigé par groupe une fiche produit, listé les pistes de recherches à explorer et réfléchi aux pistes de certifications possibles. Ce travail a fait l’objet d’une restitution orale devant l’ensemble des participants à l’issue de l’atelier.

Présentation de la formatrice :

JPEG

Docteur en Socio-Anthropologie, Maya Leclercq a suivi un double cursus en Anthropologie et en Ecologie. Spécialisée sur les secteurs de l’artisanat, des produits agricoles traditionnels et du patrimoine naturel et culturel, sa thèse porte sur le développement des labels et certifications sur les produits de terroir dans les pays du Sud, à travers l’exemple du rooibos, tisane endémique au sud-ouest de l’Afrique du Sud (thèse réalisée en co-direction au Muséum national d’Histoire naturelle, au CIRAD et en tant que chercheur affilié à l’Université de Cap Town).

Maya Leclercq est aujourd’hui consultant et chercheur indépendant, rattachée au CLERSE (Centre lillois d’études et de recherches en sociologie et économie – UMR 8019) en tant que chercheur associé.

Travaillant activement à la mobilisation des outils et méthodes de la socio-anthropologie ainsi qu’à diffusion des sciences humaines et sociales et de leur applicabilité, tant dans la recherche (notamment auprès des sciences biologiques et agronomiques) qu’au sein des entreprises, son approche favorise le dialogue entre la diversité des acteurs d’une filière et la co-construction de référentiels collectifs.
Maya Leclercq a également développé plusieurs formations sur les enquêtes socio-économiques et anthropologiques, a mis en place la méthodologie et le protocole d’enquête pour différents projets. Elle maîtrise les outils de collecte des données quantitatives (échantillons, questionnaires) et qualitatives (analyse des réseaux d’acteurs, focus group, entretiens semi-structurés) et les codes culturels spécifiques aux enquêtes de terrain.

Cliquez ici pour plus d’informations sur le F’SAGRI.

publie le 14/03/2017

haut de la page