La France et l’Afrique du Sud renforcent leur coopération en matière d’environnement et de climat

M. Aurélien Lechevallier, Ambassadeur de France en Afrique du Sud et Mme Barbara Creecy, Ministre de l’environnement, des forêts et de pêches ont signé le 3 mars 2021 un accord intergouvernemental de coopération en matière d’environnement et de climat.

Cet accord doit permettre de développer les relations entre le ministère français de la Transition écologique et le Department of environment forestry and fisheries sud-africain en matière de biodiversité, de changement climatique et d’environnement. Sa mise en œuvre prévoit une coopération technique entre les ministères ainsi que le financement de projets dans les domaines de la biodiversité et de la transition juste par l’Agence Française de développement.

PNG - 1.7 Mo
M. Aurélien Lechevallier et Mme Barbara Creecy. Ambassade de France en Afrique du Sud

Cette accord est signé en début d’année 2021, année cruciale pour le climat et la biodiversité. L’Afrique du Sud doit soumettre sa contribution nationale déterminée au secrétariat de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique et adopter la Climate Bill qui sera structurante pour l’action climatique dans le pays. 2021 sera aussi l’année des trois COP, c’est-à-dire des réunions des parties des trois conventions de Rio (climat, biodiversité et déforestation) lors desquelles la France soutiendra des positions ambitieuses en faveur du climat et de la biodiversité.

Cet accord bilatéral vient entériner des relations déjà riches dans les domaines de l’environnement et du climat parmi lesquels le soutien à la transition juste et à l’adaptation à travers l’économie circulaire, la qualité de l’air et l’économie bleue. La France est très impliquée en faveur de la préservation de la biodiversité en Afrique du Sud et travaille activement avec les parcs nationaux SanParks et Sanbi. Ce soutien se manifeste notamment à travers le partenariat entre le parc national de la Réunion et le Parc de Table Mountain.

Ces projets constituent une première étape dans la coopération entre les deux pays : l’accord signé va permettre d’approfondir et d’élargir ces champs de coopération. Un plan d’action conjoint va décliner les actions qui seront menées sur les deux prochaines années.

publie le 04/03/2021

haut de la page