Santé - Neuvième conférence scientifique sur le VIH (IAS 2017) (Paris, 23-26 juillet 2017) [en]

Déclaration de la porte-parole du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères

Le 24 juillet 2017

La France accueille la neuvième Conférence Scientifique sur le VIH (IAS 2017) du 23 au 26 juillet à Paris. Elle est cette année co-organisée par l’Agence française de recherche sur le VIH/Sida et les hépatites virales (ANRS). Plus de 6 000 participants sont attendus pour ce temps fort de partage des connaissances sur la pandémie. Les Professeurs Jean-François Delfraissy, ancien directeur de l’Agence de recherche contre le Sida et président du comité consultatif national d’éthique, et Linda-Gail Bekker, présidente de la société internationale du sida, en sont les co-présidents. Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères a participé au financement d’un programme de bourses permettant à de jeunes chercheurs de pays du Sud de participer à cette conférence.

Il s’agit de la troisième fois, après 1986 et 2003, que la France accueille cette conférence. La France est en effet un acteur historique de la lutte contre le VIH/Sida, une de nos priorités dans le domaine de la santé mondiale.

Ainsi, notre pays est le 2ème contributeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Depuis la création de ce fonds, le total cumulé de notre contribution y a atteint 4,8Mds$.

La France a également créé UNITAID dont elle est le premier bailleur. UNITAID accélère la mise à disposition des solutions innovantes en matière de traitements, diagnostics et prévention.

L’engagement de la France passe également par son soutien à l’ONUSIDA (Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida).

La France consacre aujourd’hui plus de 500 millions d’euros par an à la lutte contre les maladies transmissibles.

L’investissement financier français dans la lutte contre la pandémie, outre notre action politique et notre contribution dans le domaine de la recherche, a permis des progrès considérables : plus de 10 millions de personnes séropositives sont aujourd’hui sous traitement dans les pays en développement grâce aux programmes du Fonds mondial et la mortalité liée au sida a chuté de 45 %. Grâce à UNITAID le coût des médicaments contre le VIH a été divisé par 100.

Cette mobilisation est justifiée au regard des défis qui restent à surmonter : chaque année, 2,1 millions de personnes sont infectées par le VIH et 1,1 million en meurt encore. La moitié des malades séropositifs n’a toujours pas accès aux médicaments antirétroviraux (ARV) en 2017. Cet accès est particulièrement limité dans certaines régions comme l’Afrique Centrale et de l’Ouest, où plus de 75 % des malades séropositifs n’accèdent pas aux ARV.

publie le 24/07/2017

haut de la page