Visite de sites archéologiques

Mardi 11 février 2014, l’Ambassadrice Elisabeth Barbier a visité les sites archéologiques de Diepkloof Rock Shelter et d’Elands Bay Cave, dans le West Coast. Elle était accompagnée de M. Guillaume Porraz, chercheur au CNRS.

Les sites de Diepkloof Rock Shelter et d’Elands Bay cave, distants d’une dizaine de kilomètres, font partie d’un même programme de recherche archéologique sur nos ancêtres chasseurs-cueilleurs et comment ces populations se sont adaptées, organisées et transformées au cours du temps.

Le projet de fouille sur le site de Diepkloof, vaste abri d’une superficie d’environ 250m², surplombant l’embouchure du Verlorenvlei à une altitude d’environ 100m, est la réussite d’une collaboration entre Jean-Philippe Rigaud et Pierre-Jean Texier du CNRS et John Parkington de l’université du Cap. Le travail de recherche a commencé en 1998 pour se terminer en 2013, et a permis de livrer de nombreux témoignages de la vie des populations qui habitaient le site il y a plusieurs dizaines de milliers d’année. Le programme a, entre autres, bénéficié du soutien du ministère des Affaires étrangères et du CNRS.

De nombreux vestiges ont pu être découverts et étudiés sur le site de Diepkloof : outils de pierre, restes botaniques (charbon de bois, graines, fleurs, fruits) ainsi que restes fauniques qui témoignent de la diversité des pratiques de subsistance (restes d’antilopes, collecte de tortues et d’œufs d’autruche). En outre, des vestiges symboliques particulièrement rares y ont été découverts, à savoir des fragments d’œufs d’autruche décorés de motifs géométriques.

Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast
Visit of archeological sites in the West Coast

Les résultats de ce travail de fouille permettent « une reconstitution sans précédent des changements qui ont traversé les sociétés d’hommes modernes en Afrique australe entre 110 000 et 50 000 ans. Un instantané permet de rendre compte d’une population qui, à l’abri Diepkloof vers 80 000 ans, maitrisait les arts du feu, aménageait son espace de vie, se déplaçait sur plusieurs dizaines de kilomètres pour acquérir ses ressources (minérales, végétales et animales), confectionnait de la colle pour emmancher ses outils, réduisait de l’ocre en poudre et gravait des décors géométriques sur des œufs d’autruche utilisés de façon routinière et collective. Cette suite de comportements évoque des sociétés à l’organisation et au mode de pensée complexes ».*

Le site d’Elands Bay Cave a pour sa part été fouillé au cours des années 1970 par John Parkington, puis plus récemment en 2011 par Guillaume Porraz (CNRS). Des analyses en cours et de toutes nouvelles datations devraient bientôt préciser l’ancienneté des occupations humaines dans la région.

Les fouilles de Diepkloof Rock Shelter et d’Elands Bay Cave s’insèrent dans le cadre d’une recherche archéologique particulièrement dynamique en Afrique du Sud, comprenant des projets pilotés par l’université de Witwatersrand et du Cap, mais aussi par des équipes internationales comme l’université de Tuebingen en Allemagne, d’Oxford en Angleterre ou encore d’Arizona State aux Etats-Unis.


* Article publié dans Lesedi n°17, Lettre d’information de l’Ifas Recherche, Mars 2014

publie le 27/02/2014

haut de la page